Logo numerev
Cahiers de Psychologie Politique

Numéro 36 : numéro 36 - Janvier 2020

N° 36 / 2020

numéro 36 - Janvier 2020

Personne n'a encore contribué à ce numéro.

Les relations profitent...

Les relations profitent grandement à la santé…

Alexis Ferrand

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

Il est banal de penser que « la santé », et notamment les inégalités de santé entre des catégories sociales, soient des faits sociaux. Mais on peut attribuer deux significations très différentes à ce lieu commun. D’un côté on conçoit une chaine causale : comportements des individus => facteurs de risques => fréquence d’une pathologie, et on s’aperçoit que ces comportements sont plus fréquemment adoptés par les membres de certaines catégories sociales. Donc les maladies, et inversement la santé, pourraient avoir des origines sociales.

 

Pour un autre...

Pour un autre système de santé

Alain Deniau

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

On dit que notre système de santé est dans une impasse. C’est précisément parce qu’il est excellent qu’il peut si difficilement évoluer car il est conçu pour une autre finalité que la médecine quotidienne. C’est comme utiliser une voiture de luxe puissante et performante pour les petits trajets quotidiens. Le système de santé hospitalier, centré sur les CHU, répond à la haute technicité, à la transmission du savoir médical, à la recherche, mais ne satisfait plus les besoins simples et de proximité des médecins de ville et de la population

 

Psychogériatrie pour...

Psychogériatrie : pour une démarche de soins palliatifs

Michel Bass

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

La crise hospitalière et la crise des EHPAD ne sont plus un secret pour personne. C’est du fait de sa conception initiale que l’EHPAD est en crise : il a été conçu sur le modèle de l’hôpital et en a internalisé ses dysfonctionnements. Après avoir brièvement retracé l’histoire de la conception des EHPAD, nous pourrons alors essayer d’en comprendre les limites en analysant la crise hospitalière. A ce sujet nous verrons que la crise hospitalière est aussi une crise du modèle médical lui-même, et que, par voie de conséquence, c’est en changeant les pratiques, en changeant le modèle de prise en charge, et pas seulement en améliorant l’organisation et les moyens que l’on pourrait commencer à repenser l’accueil futur des personnes âgées.

 

La réforme de...

La réforme de la santé et des services sociaux au Québec durant les années 1970

Jean-Marie Gourvil

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

La loi « ma santé 2022 » ouvre des perspectives nouvelles en proposant une série d’axes de réforme notamment : la meilleure gestion de la demande de soins en amont des CHU, la participation des acteurs locaux à des projets de santé de territoire, la réformes des études des soignants. Dans cet article écrit en miroir de celui de Vincent Fouques Duparc nous allons présenter la Réforme mise en œuvre au Québec dans les années 1970 et son évolution au cours des décennies qui ont suivi.

 

La révolution sanitaire...

La révolution sanitaire et médico-sociale actuellement à l’œuvre en France

Vincent Fouques Duparc

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

Depuis un certain temps, la France s’interrogeait sur les façons de cadrer « d’une plus juste façon » la réorganisation du fonctionnement de son système de santé, ceci devant être abordé en tenant compte de la globalité prise au cœur de sa complexité.

Les symptômes des crises structurelles qui s’ajoutaient les unes aux autres en faisaient sa nécessité. Citons ici les symptômes les plus encombrants, tels que ceux de la difficulté d’accès aux soins non programmés, de l’engorgement des services d’urgence des hôpitaux, des contraintes financières des hôpitaux publiques liées à leurs dettes chroniques, de la désertification médicale autant du monde rural que de certaines des grandes villes, du découragement ou de l’épuisement de nombreux professionnels du soin et du social, enfin du symptôme très signifiant du transfert, dans l’univers du soin, de problématiques liées à des « souffrances sociales » qui ne relèvent aucunement du soin mais bien davantage du social.

 

Vieillir sous bonne...

Vieillir sous bonne garde : « Souriez, vous êtes filmés »

Dominique Rivière

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

L’extension de l’hypersurveillance se manifeste aussi, insidieusement, en gériatrie. Si l’inflation du sécuritaire, et son revers caché, le punitif, semble une réalité sociale non seulement admise, mais demandée, les conséquences en gérontologie restent méconnues : psychiatrie comme instrument admis d’une normalisation des comportements, applications dans les établissements de moyens de contrôle et de discipline des corps (pour être foucaldien…), de techniques initialement carcérales (vidéo surveillances, portes « digicodisées », traçabilité omniprésente…), refus de considérer autrui autrement que comme un cadavre vivant, judiciarisation de certains comportements jugés potentiellement dangereux…

 

La maladie...

La « maladie d’Alzheimer » : l’évaluation a remplacé la clinique

Alain Jean

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

 

Selon cette idéologie, soit vous « bienvieillissez »1 c’est-à-dire que vous ne vieillissez pas, soit vous êtes malade. C’est une manière de faire fi du processus de vieillissement qui inclut souvent un déclin cognitif. Cette idéologie envahit par exemple le domaine de la publicité et du marketing. Il n’est qu’à regarder les publicités pour certaine eau minérale, certaines lunettes de soleil ou un moteur de recherche spécialisé dans le voyage. Sont-ce des vieux qui nous sont présentés ? Eu égard à leur état civil, probablement oui, si l’on considère leur barbe ou leurs cheveux gris. Pour le reste, dynamiques, en couple, chevauchant allégrement une grosse moto Harley Davidson. Bref éternellement jeunes !

 

Spiritualité et santé...

Spiritualité et santé : les trois ordres de la médecine

Jacques Besson

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

Les troubles de santé mentale sont devenus la première priorité de santé publique au niveau mondial, aussi dans les pays émergents. Y figurent, au-delà des problèmes liés au vieillissement, la dépression, l’agression et l’addiction.

La définition de la santé de l’OMS en 1948 parle d’un état de complet bien-être physique, mental et social. Mais la définition proposée initialement incluait la spiritualité, ce qui a fait l’objet d’un veto du bloc communiste. Il faudra attendre la Charte de Bangkok en 2005 pour que la dimension spirituelle rejoigne la définition de la santé de l’OMS.

 

Aspects de la...

Aspects de la politique d’influence de la Silver économie

José Polard

DOSSIER : POLITIQUE DE SANTE

Depuis quelques années, notre pays s’est engagé dans un ambitieux projet politique, social et économique assez singulier, celui de bâtir une société des seniors dont un des objectifs essentiels sera de « bien- vieillir ». Cette société des seniors, aux contours flous, semblent inscrire chacun (dès l’âge de 50 ans...), dans une temporalité suspendue qui s’allonge et se rallongera toujours plus, via les progrès de la médecine (numérique, régénérative, prothétique, etc.), au point que le « senior » peut apparaitre comme le maillon manquant qui nous ferait passer de l’homme diminué à l’homme augmenté.

 

L alt-right l...

L’alt-right, l’antisémitisme et l’extrême droite française. Une mise au point

Stéphane François

VARIA

Nous proposons ici de revenir sur trois points : la nature de l’Alt-right ; son rapport au racisme et à l’antisémitisme ; et enfin les liens des théoriciens de l’Alt-right avec les militants de l’extrême droite française. En effet, elle est internationale : dès la fin des années 1960, elle a noué des liens avec l’extrême droite européenne, notamment française. Des politistes américains l’ont qualifiée au début des années 2000 d’extrême droite « euro-américaine »

 

La modernité fabrique...

La modernité, fabrique à génocides : en hommage à Gracchus Babeuf et Raphaël Lemkin

Pierre-Antoine Pontoizeau

VARIA

La modernité politique commence dans un populicide dénoncée par l’anarchiste Babeuf et se perpétue dans des actions coordonnées dans les démocraties occidentales comme dans les régimes totalitaires qui n’en ont pas le monopole. L’analyse des ressorts du programme de la conquête de l’Est par les nazis formalise toutes les pratiques coloniales antérieures et révèlent que les institutions internationales contemporaines poursuivent ce même projet d’une destruction des peuples. Mais poursuivre un tel projet exige d’adopter une posture morbide par la chosification de l’autre puis le déni de ses actes.

 

La dystopie de...

La dystopie de la pensée calculante et le projet d’une pensée automatique sans conscience

Pierre-Antoine Pontoizeau

VARIA

Les pythagoriciens croyaient que les nombres étaient le monde et que leur mystère révélait aux hommes quelques secrets d’harmonies et quelques autres en matière d’ordonnancement des choses par les règles de l’esprit. Cette secte a traversé les siècles comme nous l’avons montré dans un travail sur la généalogie des nombres. Au premier temps de l’histoire de la psychologie moderne, cette même aspiration à la représentation de la pensée humaine dans des équations qui en révéleraient les mystères fut bien présente chez l’un des fondateurs de la psychologie, le philosophe Christian Wolff. Elle fut la base des travaux des psychologues modernes développant des instruments de mesure au service d’intentions politiques eugénistes.

 

William James l...

William James, l’ « expérience pure » et l’expérience pure de la démocratie par le citoyen et inversement

Jeanine Mudryk-Cros

VARIA

William James a vécu de 1842 à 1910, période durant laquelle le protocole expérimental en psychologie était influencé par la conception behavioriste du monde, considérant que le comportement humain était le fruit d’un conditionnement avant tout. La justification de cette option s’appuyait sur la volonté de privilégier et de réduire l’expérience au visible, au tangible, à l’objectivable laissant dans l’ombre ce qui ne l’était pas, l’activité cognitive, psychique en l’occurrence.

 

Nathalie Rheims Des...

Nathalie Rheims. Des reins et des cœurs

Alain Deniau

NOTE DE LECTURE

Le livre de Nathalie Rheims nous intéresse car elle décrit avec son talent d’écrivaine la douleur d’existence d’une pathologie héréditaire. Une maladie a tué toutes les femmes de sa famille. Pour refuser cette représentation qui lui fait horreur, elle s’est inventé une autre origine et donc une autre lignée féminine.

 

Cécile Wajsbrot Destruction...

Cécile Wajsbrot. Destruction

Alain Deniau

NOTE DE LECTURE

Cécile Wajsbrot donne avec son roman Destruction une fiction politique très actuelle. Elle anticipe avec une immense finesse ce que pourrait être sa vie personnelle et sociale si les mouvements populistes prenaient le pouvoir aujourd’hui. Son roman est donc aussi une réflexion, à partir de la vie quotidienne, sur un pouvoir politique qui ne repose plus sur des mouvements de masse mais sur un travail d’aplatissement idéologique dans tous les domaines d’expression : artistique, littéraire, mais aussi dans la langue.

 

Editorial

Editorial

Alexandre Dorna, Alain Deniau, Pierre-Antoine Pontoizeau