n°41 — Soumission des résumés avant le : 29/04/2022

Les langues et le politique - Juillet 2022

Les langues et le politique - Juillet 2022

Les langues et le politique - Juillet 2022

Les langues sont un sujet politique ; à un point tel qu’on a cru parfois établir une paix universelle en « construisant » une langue universelle (la symbolique de Leibniz, l’universalité de l’Abbé de Saint-Pierre, l’Esperanto, …) supposée réparer le péché initial de Babel. Mais cette utopie se heurte à la méconnaissance de ce qu’est une langue ; car les langues sont bien plus que des systèmes de communication, ou même des véhicules de valeurs ou de représentations, comme on le lit souvent : ceux-ci sont consubstantiels à la langue ; ils ne font pas que s’y « exprimer », elle contribue à leur élaboration.

L’humanité a, dans son patrimoine, ses langues qui sont autant de manières de dire, de considérer et même de constituer le monde, aussi quand une langue s’éteint, un pan de ce patrimoine se perd avec elle.

Les peuples, conscients de cette perte de substance, se livrent dans certains pays à des combats politiques acharnés ; car l’édiction de normes destinées à établir ou du moins à consolider une langue nationale, est reçue le plus souvent comme une domination politique par les groupes qui revendiquent une identité distincte (berbères, corses, bretons, catalans, juifs d’Europe Centrale, etc.) en raison de leur propre langue : tamazight, corse, gaélique, catalan, yiddish... . Identité qui s’ancre parfois dans la famille, la région.

La langue a aussi une dimension sociale (arabe littéraire et arabes locaux…), familiale (langue locale ou maternelle, langue d’un pays d’accueil). Parfois, la domination linguistique se fait sentir dans les familles à travers l’abandon volontaire d’une langue dont les parents estiment qu’elle n’assurera pas l’avenir de ses enfants ; leur langue paraît condamnée, ce qui est certain si les pouvoirs n’ont pas une politique de maintien énergique. Or les pouvoirs politiques cherchent avant tout à consolider leur autorité à travers l’hégémonie d’une langue officielle.

Pourtant, chaque langue nous apporte des informations sur une manière d’agir de la pensée humaine. La langue est alors un objet du politique, un enjeu de domination, d’acculturation aussi là où s’entretient une relation intime à sa langue. Mais émergent peut-être des langues universelles à la façon d'une infrastructure du monde : codes informatiques, algorithmes, mathématiques, normes ...

Dès lors, diverses questions peuvent être posées, diverses orientations analysées :

- Comment s’analysent les enracinements linguistiques ?

- Y a-t-il une politisation de la langue ?

- La langue rend-elle compte de mouvements fédérateurs ou unificateurs ?

- Que dire du rapport des politiques aux pouvoirs symboliques des langues ?

- Comment analyser la profondeur psychologique et psychanalytique du rapport à la langue ?

- Un mode langagier configure-t-il la réalité politique ?

- Des langages fabriquent-ils un monde commun ?


Pour répondre à cet appel, vous devez vous inscrire pour obtenir un compte utilisateur sur la plateforme Numerev. Par ailleurs, merci de vous référer aux normes et procédures de soumission de la revue. Pour toutes informations complémentaires, veuillez utiliser le formulaire de contact de la revue.

Coordinateurs du numéro

Calendrier du numéro

  • Soumission des résumés : 29/04/2022
  • Retour aux auteurs : 30/05/2022
  • Envoi des articles complets : 29/06/2022
  • Retour des évaluateurs : 14/06/2022
  • Envoi des articles finaux : 14/07/2022
  • Publication envisagée : 30/07/2022

Modèle d'article

Merci de rédiger votre texte à partir du modèle ci-dessous, fourni par la revue.

Télécharger le modèle d'article