N°22 / numéro 22 - Janvier 2013

Éditorial

Alexandre Dorna
Éditorial

Résumé

Mots-clés

Aucun mot-clé n'a été défini.

Plan de l'article

Télécharger l'article

Faut-il repenser les psychologies politiques ?

L’idéologie de la crise actuelle est en train de défigurer les divers visages de la réalité et les positions en sciences humaines et sociales. L’originalité de l'approche de la psychologie politique est de revenir sur les fondements du problème culturel de la domination et de l’empire d’une idéologie technicienne, afin de rappeler l’importance, voire l’urgence de la pensée critique, réflexive, humaniste et sociétale.

Une série d’interrogations marquent les sciences humaines et sociales et surdéterminent le besoin d’une psychologie politique sociétale critique. Or, la psychologie politique qui se pratique aux États-Unis, en Europe et en Amérique Latine est loin de proposer un paradigme nouveau homogène, et un dialogue soutenu.

C’est pourquoi nous avons décidé, en leur offrant la parole, d’essayer de présenter sous la forme d’un dossier certains travaux de nos collègues latino-américains. Et de mener une enquête auprès d’eux pour connaître leurs profils autour des questions qui visent les théories, les méthodes et les problématiques envisagés dans leur pratique universitaire.

Dans le prochain n° 23 nous allons procéder de même avec des collègues européens et tenter de faire une étude comparative.

Nous souhaitons, enfin, rendre hommage à notre ami et collègue, le professeur Adrian Neculau, membre de notre comité scientifique de parrainage, qui nous a quittés le 21 décembre dernier. Nos condoléances les plus sincères à son épouse et à nos collègues roumains.

Une belle et enthousiaste année 2013 !

Continuer la lecture avec l'article suivant du numéro

L’exclusion des femmes de l’exercice du pouvoir : Analyse psychologique d’une fragilité supposée

Agnes Falabrègues, Abdel Halim Boudoukha

L’exclusion des femmes du pouvoir s’est installée comme une évidence dans la plupart des sociétés. Dans la nôtre, deux idées fortes ne sont à la base. Premièrement, la nature biologique et physique des femmes les rend inaptes à exercer des situations de responsabilité et de force. Ainsi, les femmes sont généralement écartées du pouvoir et cantonnées dans leur rôle maternel. Deuxièmement, la psychanalyse freudienne corrobore et alimente cette vision des choses. Les femmes sont exclues du pouvoir car elles représentent...

Lire la suite

Du même auteur

Tous les articles
Editorial
N°38 / 2021

Editorial

Lire la suite
Editorial
N°37 / 2020

Editorial

Lire la suite
Editorial
N°36 / 2020

Editorial

Lire la suite